Comment cibler les investisseurs ?

Sachez les reconnaitre

Qu’ils achètent pour défiscaliser, se constituer un patrimoine ou encore pour rechercher un rendement élevé, les profils des investisseurs sont variés. Bien sûr, il peut y avoir un mélange des genres. A vous de faire une bonne analyse pour bien les cerner.

L’investisseur en défiscalisation

Son produit préféré est le neuf. L’investisseur en défiscalisation a un mode de fonctionnement particulier : il ne cherche pas spécialement le bon rendement ; son investissement lui fera souvent sortir de l’argent de sa poche. Son maître mot : réduction d’impôt.

L’investisseur dans un patrimoine rentable

Cet investisseur n’aime pas les risques. Il cherche à placer son argent tout en constituant pour lui ou ses enfants un patrimoine qui rapporte. Il peut toutefois se contenter d’une rentabilité assez faible. Il cherche avant tout un bien facile à revendre et qui prendra de la valeur avec le temps. C’est un investisseur à long terme qui mise sur la valorisation de son patrimoine. L’emplacement compte énormément. Le vocabulaire minimum à avoir avec lui : rendement brut.

L’investisseur à rendement élevé

C’est le roi de l’opération blanche. Son objectif : que l’opération, toutes charges et frais déduits, s’équilibre et lui permette de continuer à investir. L’opération doit lui rapporter 10 %. Son vocabulaire préféré : l’autofinancement.

L’investisseur à très haut rendement

Pour lui, seuls les chiffrent comptent. C’est un investisseur qui se positionne sur des niches comme la colocation ou la location meublée souvent de courte durée. Il cherche l’opération qui génère un gain immédiat. Si vous voulez attirer son attention, parlez-lui de cash-flow.

L’investisseur plus-value

C’est le marchand de biens ou encore l’acheteur-revendeur. Il cherche une opération rentable, idéalement sur l’année et à en tirer une belle plus-value. Son vocabulaire préféré : la division.

Tous les biens ne font pas un bon investissement locatif

La majorité des investisseurs jettent leur dévolu sur les biens dont personne ne veut, type succession ou avec gros travaux. Leur objectif ? Diviser, relooker, réaménager, bref valoriser ces biens. Les immeubles de rapport, les plateaux, les parkings ou les hangars peuvent aussi les intéresser … Une chose à garder en tête : ils sont vigilants sur la prise de risque et ne cherchent pas forcément à investir gros.
Ne leur proposez pas un bien à l’investissement si cela n’en est pas un financièrement parlant.
Entre l’assurance propriétaire non occupant, la gestion locative, l’assurance de loyers impayés, la vacance locative, la part de la taxe foncière (hors ordures ménagères), les charges de copropriété, les travaux et équipements, le taux d’imposition, les frais de notaire… Le delta entre rentabilité brute et rentabilité nette est énorme. Et cela, l’investisseur le sait …